Définition, formes et symptômes du syndrome vestibulaire chez le lapin

Lapin atteint du syndrome

Nous adoptons des animaux pour une compagnie, nous nous attachons à eux et souhaitons les garder avec nous le plus longtemps possible. Le lapin n’est pas dans le top 3 des animaux adoptés, mais contrairement à ce que l’on pense, il est très utile pour le développement cognitif d’un enfant. Cela dit, l’animal reste discret, très peureux et ne s’exprime que très peu, alors en cas de mal, de maladie, ou d’hypertension, nous devons repérer les signaux précoces, la maladie à laquelle nous parlerons dans cet article est le syndrome vestibulaire chez le lapin.

Qu’est-ce que le syndrome vestibulaire chez les lapins ?

Le syndrome vestibulaire par définition, et pour vulgariser au maximum son explication : est un organe situé à l’intérieur de l’oreille, appelé organe sensoriel. Il est en partie responsable de l’équilibre et de la sensation des mouvements. On le retrouve chez les lapins et tous les mammifères. Lorsque ce dernier a un dysfonctionnement, il se manifeste de manière clinique en enclenchant un déséquilibre. Chez le lapin, il se manifeste presque sans symptômes, il contrôle en grande partie son système nerveux. Ainsi, un problème au niveau de l’oreille interne engendre un problème neurologique et des troubles de l’équilibre.

Les formes du syndrome vestibulaire chez le lapin

Nous nous sommes penchés auprès des spécialistes pour répondre à notre question. En effet, il est à noter qu’il existe plusieurs formes de syndromes vestibulaires. D’abord, le syndrome vestibulaire central. Ce premier cas est très contagieux, il s’agit d’un parasite qui se transmet d’un lapin à un autre, généralement, à travers l’urine. Ce dernier s’attaque plus précisément aux yeux, aux reins ou au cerveau. Cela dit, il est commun qu’un lapin se transmette se parasite à lui-même, en raison de sa contraction plusieurs années auparavant. En second lieu, le syndrome vestibulaire périphérique, dans les cas les plus rares, cette maladie est due à une gale, ou une tumeur, mais dans la majorité des cas, son origine vient d’une otite bactérienne. Troisièmement, l’accident vasculaire cérébral, due lui aussi au syndrome vestibulaire, mais qui reste quand même assez rare, on enregistre très peu de cas. Enfin, en dernier lieu, nous avons, le traumatisme crânien, comme nous l’avons dit précédemment dans ce texte, le lapin est très vulnérable, et un traumatisme crânien du à une chute est très fréquent. Ainsi, ces différents syndromes, peuvent être résumés en 4 points :

  • le syndrome vestibulaire central;
  • l’AVC;
  • le traumatisme crânien;
  • le syndrome vestibulaire périphérique.

Les symptômes du syndrome vestibulaires :

L’identification des symptômes devrait être très rapide, le propriétaire devrait repérer les signaux précoces avant que ça ne soit trop tard, quelques minutes de plus et votre lapin aura au mieux une crise cardiaque, au pire un dysfonctionnement neuronal. Après plusieurs recherches, nous avons trouvé les symptômes les plus récurrents :

  • tremblement;
  • absence d’équilibre;
  • strabisme;
  • roulades.

Le lapin tremble de par sa nature très peureuse, les spécialistes ont découvert, que ces derniers tremblent d’avantages lorsqu’ils ont ce syndrome. De plus, un strabisme se crée, ceci voudrait dire que les yeux du lapin bougent, sans qu’il puisse avoir un contrôle, et en outre il ne marche plus droit et perd son équilibre. Nous ne parlons pas souvent de la délicatesse ou de la complexité d’être propriétaire d’un lapin, il faut être accompagné d’un spécialiste.

Qu’il soit domestique ou sauvage, ce syndrome est plutôt commun chez les lapins, leur entretien dans une cage spéciale pour lapin doit être très minutieux, sans parler de leur nutrition qui ne doit en aucun cas contenir des parasites au risque de causer des infections. Ce n’est pas une adoption qu’on devrait prendre sur un coup de tête, c’est une tâche qui demande beaucoup de responsabilité.

Top